Pierre Palmade Aimez Moi Marseille

Gonflé par trente ans d'une carrière jonchée de mille vies, Pierre Palmade revient aux sources de son art avec un tout nouveau spectacle seul en scène plus intime et poétique que jamais. Seul avec vous. On l'avait laissé aux côtés de Sylvie Joly, Muriel Robin ou Michèle Laroque, avec des pièces pour les autres, des mises en scène et la création de sa troupe de théâtre. On commençait à trouver le temps un peu long. Sept ans sans le voir, seul sur scène, ne se sentant pas à l'aise dans ce show-business qui ne lui ressemblait plus tellement, où l'humour a envahi le stand-up et les écrans à coups de buzz et de vannes à la surenchère facile. Le voilà enfin de retour avec son nouveau spectacle, délivré de certains démons, osant évoquer sur scène des thèmes comme la dépression, l'homosexualité ou les addictions dans une très touchante sincérité. L'auteur de sketchs aussi mythiques que Le Scrabble ou Mon Colonel se met à nu, s'autorisant à ne pas être que drôle à chaque phrase, à l'aise dans des registres poétiques et touchants qu'on lui connaissait moins dans ses précédents spectacles. Il n'en oublie pas pour autant son talent premier, l'incarnation de personnages loufoques et irrésistibles, de l'alcoolique en quête de rédemption auprès de ses voisins jusqu'à cet homme qui déclare à son meilleur ami qu'il veut coucher avec sa femme, des personnages très souvent poussés jusqu'à l'absurde dans leur quête universelle du regard bienveillant. Entrée de 6 à 36 €

18.10 au 20.10 20h

Soirée Antillaise Berre l'Etang

Soirée Antillaise Au Ciné 89 film, repas et animation pour une superbe et inoubliable soirée antillaise. 18h30 - Le film "Rue Cases-nèges de EUZHAN PALCY France – 1983 – 1h43 Int. : Garry Cadenat, Darling Legitimus, Douta Seck 1930. Au milieu d’une immense plantation, la rue Cases Nègres : deux rangées de cases de bois désertées par les adultes partis travailler la canne à sucre. La rue appartient aux enfants et surtout à José, 11 ans, orphelin élevé par sa grand-mère, M’man Tine. Celle-ci n’a qu’un rêve : faire étudier José. Mais pour cela, il faudra quitter la rue Cases Nègres... La Martinique, 1930. José vit avec sa grand-mère, M’man Tine, dans la rue Cases-Nègres, dont les habitants n’ont pour toute ressource que le travail dans les champs de canne à sucre. José est intelligent. M’man Tine souhaite qu’il étudie, afin qu’il échappe à la condition misérable de ses semblables. Il va à l’école communale. Grâce à l’aide de son instituteur, M. Roc, et du vieux Médouze, il passe avec succès le concours des bourses. Dans cette adaptation d’un roman antillais, Euzhan Palcy a mis beaucoup de foi, d’amour, de générosité et d’énergie. Les couleurs sépia de cartes postales anciennes rejoignent le tableau - naïf, comme on le disait des toiles du Douanier Rousseau - de la Martinique des années 1930, monde colonial avec ses castes. Parmi les acteurs de ce film plein d’émotion et de chaleur, on appréciera particulièrement la merveilleuse Darling Légitimus et le jeune Garry Cadenat. Une réussite. 20h30 - Fête antillaise Repas antillais et animation musicale au programme Formule film + fête antillaise : 21€ Réservation indispensable Ciné 89 04 42 74 00 27

06.12.2018 20h30

fermerPUB
fermer

Le site n'est pas optimisé pour être utilisé dans ce mode affichage.
Merci de retourner votre Smartphone